Fier de mon job

Agent en pépinière viticole : un métier saisonnier aux nombreux atouts !

Partons aujourd’hui à la découverte d’un métier peu connu de la filière viticole mais pourtant incontournable. Isabelle nous fait découvrir le métier d’agent en pépinière viticole.

 

Bonjour Isabelle, pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Comme un certain nombre de personnes ici en Charente, j’ai travaillé pendant plus de 10 ans sur des missions en Interim ou des emplois saisonniers variés.

Et puis, il y a 5 ans, j’ai eu l’opportunité de postuler dans une pépinière viticole.

Je me souviens, je suis arrivée en février, en milieu de saison. Je n’y connaissais rien. Le patron m’a proposé de me prendre à l’essai, en me formant sur place. Tout s’est bien passé. Il m’a gardé. Le métier m’a plu. Et j’y retourne chaque année depuis 5 ans !

 

Quel est au quotidien votre travail ?

Le métier d’agent en pépinière viticole consiste à créer les plants de vigne greffés qui vont être vendus aux viticulteurs. Cela se traduit par un enchainement de tâches très variées tout au long de l’année.

La saison débute mi-novembre et se termine fin juin. Je bénéficie d’un CDD saisonnier de quasiment 8 mois.

Le travail débute par l’arrachage et le tri des plants greffés de l’année précédente en vue de leur commercialisation.

Les plants greffés

Puis il faut tirer les greffons, couper les bois. La greffe en elle-même, c’est-à-dire l’assemblage entre le porte-greffe et le greffon a lieu en mars/avril.

L’assemblage

Les jeunes greffes sont « mises en chauffe », triées à nouveau avant d’être mises en pépinière.

Lorsque l’activité de la pépinière est plus calme, je travaille aussi sur l’exploitation viticole (tirage des bois, relevage,…)

 

En quoi aimez-vous ce travail ?

J’aime la diversité des tâches que nous avons à faire tout au long de la saison.

Le travail est manuel et minutieux. Nous passons ¾ de notre temps en atelier, pour un quart en extérieur.

J’apprécie beaucoup l’équipe que nous formons, l’ambiance de travail est vraiment sympa. C’est primordial car nous passons beaucoup de temps ensemble dans l’atelier, dans un espace restreint.

Ce qui est agréable, c’est aussi de revenir d’une année sur l’autre et de voir le développement des plants greffés, le résultat du travail de la saison précédente.

 

Isabelle, pour vous, quelles sont les qualités à avoir pour un tel travail ?

La polyvalence, c’est sûr !

De la rigueur et être méticuleux. C’est de la qualité du greffon que l’on crée, que va découler le bon développement du pied de vigne pour des dizaines d’années. Et la réputation de la pépinière !

Mais il faut aussi une bonne dose de résistance physique que ce soit pour l’arrachage des plants à l’automne, le tirage des bois ou la plantation des jeunes greffes au printemps. Il faut faire face aux aléas climatiques, travailler sous la pluie, le froid ou la canicule, travailler pliée en deux au moment des plantations….

 

En conclusion ?

Si vous aimez la nature, le travail manuel et en équipe, si vous recherchez une activité variée, n’hésitez pas à tenter l’aventure des pépinières viticoles !

 

Merci beaucoup Isabelle pour votre témoignage.

 

 

Notes de la rédaction :

Il existe plus de 90 producteurs de plants de vignes en Charente.

Pas loin de 14 millions de plants ont été produits en 2012, 22 millions en 2016.

Cette tendance à la hausse de la production va se poursuivre dans les années à venir.

Et qui dit hausse de la production, dit hausse du nombre de salariés nécessaires et donc de nombreux postes à pourvoir !

 

Vous êtes intéressés ?

Retrouvez bientôt toutes les offres sur la plateforme du Mercato de l’Emploi –

A savoir : une formation existe aujourd’hui à l’IREO de Cherves-Richemont.

 

 

 

 

Article précédent

L'entreprise Binaud Thermique Electricité recrute un technicien maintenance et dépannage

Article suivant

La société GARANDEAU recherche 5 CHAUFFEURS TOUPIE

L'auteur

Béatrice

Béatrice